Information

!! Du 29/06 au 28/08/2020, nos bureaux sont ouverts uniquement de 8h à 14h. Des permanences sont organisées en dehors de ces horaires. Pour plus de renseignements, veuillez consulter l'actualité en page d'accueil !

Coche verte

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Santé / Informations Coronavirus / 22/04/2020 - Mot du Bourgmestre - Le Covid-19, ce n'est pas fini !
Actions sur le document

22/04/2020 - Mot du Bourgmestre - Le Covid-19, ce n'est pas fini !

A la date du 21/04/2020, on dénombrait, depuis le début de l’épidémie, près de 6.000 décès dûs au COVID-19 en Belgique, répartis de façon à peu près égale entre les hôpitaux et les maisons de repos. Ce jour-là, près de 6.000 patients étaient encore hospitalisés dont plus d’un millier dans les unités de soins intensifs. Parmi ces derniers, près de 800 bénéficiaient d’une assistance respiratoire mécanique et se trouvaient dans une situation engageant leur pronostic vital.

 

Le confinement de la population, décrété par les autorités le 17 mars, a eu pour effet de limiter l’accroissement des cas positifs et d’éviter un afflux trop important de cas graves dans les hôpitaux qui aurait entraîné la saturation des unités de soins intensifs et la désorganisation complète de notre système de santé. Aujourd’hui, le nombre de cas hospitalisés semble plafonner. Le confinement a donc permis de reprendre le contrôle sur l’épidémie mais on n’assiste pas encore à une diminution très significative des cas hospitalisés, ni d’ailleurs des décès journaliers.

 

Il faut aussi se méfier de l’apparition d’un deuxième pic épidémique lié à une situation aujourd’hui mal maîtrisée dans les maisons de repos, à un relâchement observé des mesures de confinement par une petite partie de la population ou à une levée trop hâtive ou insuffisamment préparée du confinement.

Il s’agit de bien comprendre que si l’activité du SARS-CoV-2 ne se réduit pas d’elle-même (comme c’est le cas pour le virus de la grippe saisonnière), la maladie va rester présente dans la population tant que celle-ci n’aura pas acquis une immunité suffisante par contact avec le virus ou à la suite d’une vaccination spécifique.

 

Le Gouvernement fédéral, par un nouvel arrêté ministériel du 17/04/2020, a donc décidé de poursuivre les mesures d’urgence pour limiter la propagation du coronavirus COVID-19 prises par les arrêtés antérieurs datés du 23/03, du 24/3 et du 03/04, et ce jusqu’au 03/05/2020. Quelques adaptations sont cependant apparues comme l’autorisation de rouvrir, moyennant le respect des règles de distanciation sociale, les magasins de bricolage et les jardineries. L’interdiction des voyages scolaires est, quant à lui, d’application jusqu’au 30/06/2020.

 

La stratégie du confinement, choisie par nos autorités, a pour double objectif de limiter la propagation du virus et de protéger les populations à risque comme les personnes âgées ou celles souffrant de pathologies chroniques.  Pour entreprendre un dé-confinement que j’imagine progressif, il convient d’attendre que le nombre de malades COVID-19 hospitalisés ait suffisamment baissé afin d’éviter l’émergence d’un nouveau pic épidémique que les hôpitaux ne pourraient absorber. Toute sortie du confinement impose aussi d’élargir le dépistage à toutes les personnes symptomatiques afin de pouvoir les isoler, déterminer leurs contacts (tracing) et ainsi rompre les chaînes de transmission. Aujourd’hui, les tests de détection du virus ou de détection d’une immunité acquise sont disponibles et vont donc pouvoir être utilisés à large échelle, ce qui n’était pas le cas au début de l’épidémie.

 

Dans le cadre de la stratégie de dé-confinement qui sera choisie, des directives claires devront être données, sans trop tarder, par les autorités compétentes en ce qui concerne les écoles, la reprise du travail au sein des entreprises et des commerces ou encore les activités touristiques, sportives et récréatives.

 

Un autre élément essentiel dans la gestion de cette crise sanitaire est évidemment la disponibilité en équipement de protection individuelle (masques, blouses, lunettes, visières, bonnets) pour les soignants. C’est ce qui a fait cruellement défaut au début de l’épidémie et qui est d’ailleurs encore problématique aujourd’hui dans certains secteurs comme les maisons de repos. Les masques sont également indispensables pour les individus contaminés en isolement afin de protéger leur entourage mais aussi pour l’ensemble de la population afin de renforcer le concept de distanciation sociale par l’adjonction d’une barrière physique.

C’est pourquoi, à l’échelle de notre commune et afin de déjà préparer la sortie du confinement, le Collège met tout en œuvre pour pouvoir offrir à l’ensemble de la  population un masque en tissu (et donc lavable). Nos concitoyens pourraient ainsi disposer d’une protection satisfaisante dans les actions de la vie quotidienne.  Afin de mener à bien cette entreprise, Mme Carole Bougard, que je remercie vivement pour son dévouement, fait d’ailleurs appel à des personnes de notre entité pour pouvoir compléter la formidable équipe de couturières de sa classe de couture.

 

Je suis bien conscient que ces mesures de confinement deviennent lourdes à supporter pour chacun d’entre nous.  Je m’attends aussi à ce que la relance économique soit progressive et que des difficultés financières ou autres attendent bon nombre de nos concitoyens en dépit des quelques mesures de sauvegarde prises par les autorités fédérales et régionales. A cet égard, le CPAS de notre commune peut également apporter des aides spécifiques dans le cadre des prérogatives qui sont les siennes.

 

Faisons en sorte, toutefois, de bien respecter, sans rechigner, toutes ces mesures sanitaires qui limitent le risque de propagation du virus car elles préservent notre avenir et permettront de retrouver notre convivialité légendaire dans quelques mois. Trop de nos proches aujourd’hui sont victimes de cette maladie et en paient parfois un lourd tribut.

 

Montrons-nous solidaires, déterminés et confiants dans la capacité de l’homme à faire face à l’adversité. Partout dans le monde, les laboratoires de recherche sont mobilisés pour mettre au point un vaccin et trouver des médications efficaces contre le COVID-19.

 

C’est quand il fait nuit qu’on voit le plus briller la lumière.

 

Philippe Lejeune

 

NB : le site de la commune www.merbeslechateau.be  ainsi que le site www.info-coronavirus.be peuvent être utilement consultés.

Visuel
Informations Coronavirus